LE MÉTIER À RUBAN DE HAUTE LISSE DE TOURS, CITE DE LA SOIE

Métier de Huate lisse à Amboise.jpg

L’exposition présente le métier à rubans de haute lisse à retours, du XVIIIème siècle, métier très rare, provenant de l’entreprise Bassereau et restauré par Tours, Cité de la soie en 2000 avec l’aide technique de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et de Guy Scherrer, ingénieur textile et l’aide financière du Conseil Départemental et de Mécénat Touraine Entreprises.

Sa conception est particulièrement complexe et élaborée et reprend le principe du métier à la tire (dont une maquette est également présentée dans l’exposition) mais dont le tireur de lacs (Lacets ou « ficelles » commandant les fils) est remplacé par un ensemble de 24 marches (pédales) et un système astucieux de sélection des « lacs » (appelés ici cordes de rames) positionné à l’arrière du métier, les « retours ».

Panneau 20 - Atelier familial tissage colorisé.jpg

Quelques explications techniques destinées aux esprits ingénieux :

LE TISSU SE DÉFINIT PAR L’ENTRECROISEMENT DES FILS DE CHAINE ET DES FILS DE TRAME, PERPENDICULAIREMENT LES UNS AUX AUTRES.


Pour ce faire, le métier à tisser, quel qu’il soit, doit disposer d’un système qui permette de lever et baisser les fils de chaines, alternativement entre eux, afin de faire passer la trame entre fils levés et fils baissés.
C’est le cœur du métier, la partie la plus contraignante, très variable d’un métier à l’autre et dont dépend l’armure, les effets ou motifs dans le tissu.

Capture d’écran 2022-05-13 114741.jpg

En savoir plus ?